Josie 3…

Bonjour à toutes!

Un petit article rapide pour vous montrer ma nouvelle Josie de République du Chiffon…. Je ne m’étendrais pas plus que ça sur les explications, car vous pouvez retrouver mes premières versions ici et ici 😉 J’ai effectué quelques modifications sur cette version, c’est à dire que j’ai réduit la largeur des bretelles, et surtout je les ai cousues droites, de manière à ce que je puisse porter un soutien-gorge avec! 😉

Bon, j’ai mal joué parce que j’aurais du penser à modifier l’empiècement du milieu dos en l’élargissant un peu, de façon à ce que les bretelles de la robe tombent exactement sur les bretelles du soutien-gorge. Malheureusement, j’y ai pensé trop tard, et je ne pouvais absolument pas recouper dans le tissu, puisque j’ai déjà fait un tétris pas croyable pour tout couper… (d’ailleurs, pour info, cette robe ne nécessite pas vraiment énormément de tissu!).J’ai comme d’habitude doublé tout le bas de la robe, cette fois-ci avec un voile de coton blanc tout simple.  J’ai acheté ce tissu cerises dans une boutique vers Avignon, je le chérissais tout particulièrement car il y a beaucoup de très bons souvenirs qui y sont liés.

Bon, je sais que ce n’est pas LE tissu le plus original du monde (on l’a vu un peu partout) mais c’est sentimental…. Très honnêtement je ne sais pas si j’aurais l’occasion de la porter avant la fin de l’été, quoique si les chaleurs se maintiennent…pourquoi pas, mais je l’aime déjà beaucoup 😉

La petite salopette

Bonjour à toutes!

Au programme cette semaine, un gros challenge, puisque j’ai cousu du jean pour la toute première fois….

La marque

J’ai découvert Kommatia Patterns sur le site de Makerist, lors de grosses promos sur les patrons PDF. C’est une marque Canadienne, qui propose des patrons plutôt urbains. En faisant mes recherches pour l’article, je me suis aperçu que la marque a changé de nom, et s’appelle désormais Studio Calicot. Je ne sais pas trop vers quels patrons ils vont s’orienter, pour l’instant ils n’ont sorti qu’un premier patron, mais les patrons sous le nom de Kommatia sont encore disponibles dans une rubrique du site.

Les modèles ont les marges comprises, mais elles sont de 12mm. Je dois avouer que je ne me suis pas embêtée, et j’ai cousu à 1cm (oui, bon, ce n’est pas l’idéal, mais pour 2 mm près, ça ne m’a pas posé de problèmes!). Il y a de très nombreux crans (enfin ici ce sont des numéros), et heureusement, ça aide énormément pour coudre aux bons endroits.

Le modèleIl s’agit d’une vraie salopette, avec ouverture sur les côtés par 2 boutons, fausse braguette et un kilomètre de surpiqûres…

Le montageSalopette KommatiaJean stretch RascolFil à surpiqûres Rascol

Il y a seulement 3 pages d’explications mais le boulot est énorme… J’ai compté environ une journée de travail par feuille… Je me suis vraiment appliquée car il y a beaucoup de surpiqûres à réaliser, mais c’est une sacrée perte de temps de changer en permanence la canette/bobine pour coudre ou surpiquer…

J’ai réalisé une taille XS, qui correspondait à mes mensurations, et de toute façon mon jean étant élasthanne, je ne prenais pas trop de risques.

J’ai utilisé un fil surpiqûre de chez Rascol, qui est bien plus épais qu’un fil polyester normal. J’ai fait de nombreux tests avant la couture, car ça ne rendait jamais bien; soit les coutures étaient trop lâches, soit elles étaient trop serrées… J’ai testé en mettant uniquement le fil de surpiqûre en bobine et en mettant une canette de fil normal, mais ça n’allait pas non plus… Pour faire tous ces tests, j’ai utilisé une aiguille stretch. Et finalement, tous mes problèmes se sont résolus en utilisant tout simplement une aiguille jean… (de chez Schmetz). Du coup j’ai mis mon fil de surpiqûre à la fois en bobine et en canette, et c’est nickel!

Le montage commence par la préparation des poches devant et dos, puis les poches des côtés, et la fausse braguette. Bon jusque là, pas de soucis, hormis prévoir beaucoup de temps pour faire des surpiqûres propres, et surtout pour mesurer les distances entre les poches des fesses, histoire qu’elles soient parfaitement parallèles!

Les difficultés ont commencé lorsque j’ai attaqué la partie de la ceinture… Les morceaux de la ceinture sont censés être de la même longueur que les shorts, or j’avais 2 cm en moins de chaque côté. Ce qui s’est passé, c’est que mon thermocollant (j’ai mis de la vlieseline 200) a rétracté les fibres du tissu. Bon, pas de panique, en tirant bien de chaque côté (je vous ai dit que mon tissu était bien élasthanne?), j’ai regagné les 2 cm manquants. Ouf!!

Sur les côtés, à côtés des poches, il y a donc des pattes sur lesquelles on vient coudre les boutons. Elles sont invisibles bien évidemment, mais la galère pour les monter… Il ne faut pas les coudre tout du long, il faut s’arrêter avant le bout de la patte, enfin c’est un bazar pas possible…! Après ça reste très bien expliqué, mais j’ai mis du temps avant de comprendre quand même… ^^Une fois la ceinture montée, il faut bien évidemment…la surpiquer, et je dois avouer que dans les angles, mes surpiqûres ne sont pas jojo, de même que les angles de ma ceinture d’ailleurs… Quelle galère pour essayer de faire des angles droits avec l’épaisseur du jean!!! Donc petite déception pour ces surpiqûres, mais bon… Je vais passer outre en la portant!

Donc au premier essayage, je me suis rendu compte que le short était…un peu short justement. Il fallait encore que je fasse l’ourlet des jambes, et j’allais me retrouver avec un short vraiment ras des fesses. Comme en plus, je voulais faire un revers, j’ai donc décidé de rajouter une bande. J’ai calculé la largeur des jambes, auxquelles j’ai rajouté 2 cm pour les marges de couture, et comme je voulais un revers de 3 cm, j’ai pris une bande de 5,5 cm x 56cm. J’ai simplement surjeté la bande aux jambes, histoire de ne gâcher que 5mm de tissu du short, et non pas 1 cm. Puis je l’ai pliée et repliée, et cousue à la main pour ne pas qu’elle se retourne. Et voilà, mes fesses sont sauvées!!Et puis quand j’ai voulu réaliser les boutonnières des côtés en toute fin…. bonjour la catastrophe!!! Je me retrouvais avec des paquets de nœuds dû au fil pour surpiquer… J’ai essayé en mettant une canette de fil normal, mais ce n’était pas mieux, mon pied de biche butait sur les épaisseurs du jean + du fil de surpiqûres, j’ai donc mis du fil normal bleu marine, mais ce n’était pas terrible. J’ai fait des tests, et je me suis dit que finalement j’allais les faire en bleu marine, puis je repasserais à la main avec mon fil de surpiqûres par dessus pour avoir la même couleur. Mais devant la tâche….j’ai finalement décidé de tricher! J’ai trouvé dans mon stock de fils Gutermann, une bobine polyester jaune/ocre, et voilà !! Pourquoi se compliquer la tâche franchement….^^ La différence ne se voit que très peu, je suis ravie!!

Mais attention, ce n’était pas fini…. Une fois finie et enfilée, j’ai bien vu que la ceinture de taille baillait… J’ai cherché des tutos pour déplacer les boutons de jean sans faire de marques, mais ça n’aurait pas été joli puisque la ceinture devant aurait dépassé sur celle de derrière…

Bref, j’ai décidé de coudre une petite ceinture toute simple, et je dois avouer que je suis ravie de son rendu! Ça y’est, je pouvais donc dire qu’elle était enfin terminée!Pour tout vous dire, c’est le projet le plus éprouvant que j’ai jamais fait!! Même mon manteau de l’hiver dernier à côté, c’était de la rigolade!!

Maintenant je n’ai plus qu’à attaquer un vrai jean… Mais je vais me laisser le temps de souffler avec un projet simple avant! 😉