Chemise Elsa

Bonjour à toutes!

On se retrouve cette semaine avec le début du dressing Automne/Hiver. Si vous me suivez sur Instagram, vous avez sans doute vu passer ma liste de cousettes automne/hiver. J’ai décidé de prendre le temps d’analyser les patrons que je possède et les tissus déjà en stock, afin de les associer au mieux pour faire descendre mes boîtes. J’ai beaucoup eu tendance à accumuler acheter à mes débuts en couture. Acheter le dernier patron sorti parce que, vous vous rendez compte si il est épuisé! Acheter les tissus qui passent sous mon nez parce qu’est-ce qu’ils sont si beaux! Sans compter le fait que nous sommes soumises à la tentation (Amen) en permanence sur les réseaux sociaux, et que j’ai fini par tomber dans une spirale de surconsommation, ce que j’avais complètement voulu éradiquer dans le fait de faire de la couture et de ne plus acheter de vêtements. Je me suis donc retrouvée avec des patrons jamais réalisés et qui trainent au fond des tiroirs (ou dans les lignes obscures des papiers de soie des magazines Burda) depuis des lustres, et des tissus magnifiques mais jamais cousus car je préfère ne pas les abîmer et en acheter d’autres (rien qu’à écrire cela, j’ai envie de me mettre des baffes….). J’ai adoré Instagram à ses débuts lorsque j’ai découvert la couture, mais je trouve que l’on est tombé dans une spirale de surconsommation, de course aux « j’aime », de qui sera la première à réaliser le nouveau patron sorti il y a 24h avec le tissu le plus tendance du moment, même si cela n’est pas du tout le style de la personne et que ça ne lui va pas forcément…. Je trouve ça moche franchement, sans parler du mauvais sentiment de frustration et de jalousie que cela peut me provoquer. Hormis cela, il y a aussi les personnes, qui, à grands coups de hashtags, essaient de se faire remarquer par les marques pour décrocher le plus de partenariats possibles…. Mais on est plus dans le plaisir là, on est dans la commercialisation! Ne nous méprenons pas, j’adore Instagram car je découvre en permanence de beaux comptes, de belles personnes, et de très jolies créations! J’adore prendre le temps de farfouiller un peu, mais il y a des mauvais côtés qui m’agacent. La couture, c’est du plaisir, c’est une passion, et il faut que ça reste comme ça. Bref, j’ai eu cette prise de conscience comme une grosse claque dans la figure, et j’ai dis stop. Trop de….trop de tout en fait.

Du coup j’ai fait ma petite liste, avec les patrons que je possède et que j’avais déjà envie de coudre depuis plusieurs années, notamment des grosses pièces, comme mes premiers manteaux. J’espère vraiment avoir le temps de tout réaliser, enfin si j’y arrive je pense que je n’aurais plus besoin de grand chose dans mon dressing ^^

Le modèle

Il y avait donc parmi les patrons que je souhaitais réaliser depuis longtemps cette petite Chemise de la Maison Victor. C’est une chemise pas spécialement ajustée (il n’y a pas de pinces), avec patte de boutonnage cachée ou non, un pli creux dans le dos, un petit col et des petits poignets. Assez classique en somme, mais je ne sais pas si c’est le rendu du tissu du modèle ou autre chose, je l’aimais beaucoup.Chemise Elsa (LMV Septembre/Octobre 2016)Tissu Atelier Brunette Nude facet (acheté en coupon (= prix baissés) en Janvier 2017…) – Petits boutons de chemise Rascol – Vliseline 180 – Boutons dorés Mercerie Parisienne

La marque

Le souci principal avec la Maison Victor, c’est le décalquage, et les marges de couture non comprises. Les lignes se croisent et s’entrecroisent, les pièces sont divisées en 2 morceaux sur 2 planches différentes, et les lignes des pièces de col sont pratiquement invisibles tellement elles sont noyées dans la masse! J’ai donc reproduit un seul côté de col que j’ai coupé 2 fois au pli, je voulais être sûre d’avoir quelque chose d’absolument symétrique. Puis après ce travail, il faut encore ajouter les marges de couture… Vous comprendrez donc pourquoi ce projet a traîné, même si au final il n’y a pas énormément de pièces. J’ai coupé un 36 (ma taille habituelle), même si je sais que La maison Victor taille grand, et qu’au niveau du tableau des tailles, je suis dans le 34. J’ai toujours peur d’être serrée aux emmanchures (ça m’est arrivé une fois uniquement sur toutes mes cousettes…parano quand tu nous tiens), et comme je porte toutes mes chemises dans le jean, ça fera juste un effet bouffant en plus.

Le montage

Le montage est assez classique pour une chemise, même s’il s’agissait de ma toute première patte de boutonnage cachée, mais en fait c’est très simple, il s’agit juste de replier plusieurs fois. Toutes mes marques au stylo friction s’étant effacées au fer à repasser, j’ai suivi les indications pour replier à 2,5cm et 5,cm, et pas de soucis. Si j’avais su, je n’aurais même pas pris le temps de marquer les crans, un bon de coup de fer pour marquer les plis fait tout à fait l’affaire. Il faudra recouper le côté gauche de quelques centimètres, mais pas de frayeur, c’est normal!Je dois dire qu’hormis le montage de la patte de boutonnage, je n’ai pas vraiment suivi les explications (même si je les ai parcourues et que je les trouve vraiment accessibles pour des débutantes motivées), je commence à avoir l’habitude de réaliser des chemises, alors je me suis débrouillée (honnêtement en écrivant ceci je me rends compte du chemin parcouru depuis le début…je n’aurais jamais cru dire ça un jour!). Je n’ai pas fait de modifications, à part pour la fente indéchirable, j’ai recoupé 1cm de la largeur pour ne pas que la fente soit trop large. D’ailleurs si vous avez du mal avec les fentes indéchirables, je vous conseille vivement ce tuto des filoutes. Je l’ai visionné plusieurs fois, et depuis toutes mes pattes sont (presque) parfaites! 😉                                                      (bon désolée, il reste encore les traces du stylo frixion… 😉 )

Cousu dodu avait prévenu sur son blog que les têtes de manches en taille 36 étaient bien trop grandes par rapport aux emmanchures, mais je n’ai pas vraiment rencontré ce problème: de l’embu oui, mais pas beaucoup (2/3cm max), j’ai du coup fait quelques petits plis en haut des manches plutôt que de le résorber. J’aime bien rajouter des plis, je trouve que ça rajoute un petit côté plus féminin.

La seule chose qui m’a dérangée, c’est que les fentes de boutonnage sont sur le devant des manches, et pas sur le dos comme les chemises normales. J’ai bien retourné mes manches dans tous les sens, j’ai fait attention à ce que mes crans correspondent sur les emmanchures, mais oui oui, c’est bien comme cela que ça se porte.

Au final encore une cousette qui me plaît bien, ce tissu est vraiment très confortable et très doux! Je pense vraiment refaire ce modèle, je trouve que la patte de boutonnage cachée lui confère un petit truc en plus 😉