Magnésium

Bonjour à toutes!

En ce moment je publie très peu mais c’est pour de bonnes raisons: Noël approche et je ne peux pas vous montrer mes cousettes car ma famille rôde sur le blog, et surtout je me suis consacrée à la couture de mon premier manteau.Je peux vous dire que celui-là, j’en ai rêvé très longtemps, j’en ai même cauchemardé, et il m’a fallu beaucoup de temps pour me décider à me lancer. Je pensais vraiment que ça serait le plus gros défi, mais en fait, à part le temps que ça m’a pris, j’ai trouvé ça relativement simple! (bon il faut dire que je ne me suis pas compliqué la tâche en ne réalisant pas de boutonnières passepoilées ou paysannes…).

La marque

Ivanne Soufflet n’a pas énormément de patrons à son actif, mais tous ses patrons sont de gros succès! On voit partout sur la toile des Trop top, des jupes 1001 perles, et des manteaux Magnésium. Elle a également réalisé un livre mais je n’ai pas vu beaucoup de ces modèles.

Chacun de ses patrons est ultra transformable. Plein de versions sont disponibles, avec des compléments pour rajouter plein de détails et créer encore plus de versions. Il y a tellement de possibilités que ça peut faire un peu peur je trouve!

Les marges de couture ne sont pas incluses, pour un top ça va mais pour un manteau je vous laisse imaginer la perte de temps… Bon allez, honnêtement, c’est le seul point négatif que j’ai trouvé!

Le modèleCrédit Ivanne Soufflet

Ce modèle est donc complètement modifiable, version courte, mi-longue, longue, avec boutonnage simple ou double, martingale ou pas, col ou pas, et avec les compléments il est possible de rajouter différents cols, une capuche, différents types de poches et de ceintures, des bavolets et des pattes que j’ai allègrement mis partout!

Le PDF comprend 75 pages + environ 6 pages par complément. J’ai tout fait imprimer avec le modèle en A0, comme ça j’ai pu ajouter les marges directement sur la planche et découper dedans par conséquent (oui, c’est un sacrilège, mais vu le temps que ça m’a pris, je n’imagine même pas si j’avais du décalquer…) Rien ne se superpose, ça c’est top!

Il y a plusieurs fichiers d’instructions: soit les instructions complètes, soit le résumé. J’ai imprimé le résumé seulement, sinon ça faisait bien trop de pages, mais à chaque fois que je commençais une nouvelle étape, j’allais lire avant les instructions complètes.

Là je dois vous dire qu’au niveau des instructions on est sur du top niveau. Tout est très très détaillé, schématisé, expliqué, vraiment parfait. Pour un premier manteau je souhaitais vraiment être accompagnée, et j’ai eu l’impression d’être très bien assistée.

Le montage

Tout d’abord j’ai étrenné pour la toute première fois mon cutter rotatif pour couper le tissu, et franchement je ne pensais pas que c’était si pratique! J’ai mis en dessous du tissu mon tapis de découpe Fiskars (acheté lors d’une vente sur venteprivée.fr à un tarif concurrentiel, en même temps que mes ciseaux et mon massicot, si vous tombez sur la vente ça vaut vraiment le coup!). Bon j’ai quand même du bien bien forcer pour passer les 2 couches de lainage mais c’était bien plus simple qu’avec des ciseaux.

J’ai commencé par préparer les martingales et le col: je voulais absolument ajouter un passepoil doré tout le long. Ça m’a pris pas mal de temps, car j’ai bâti tous mes passepoils à 3mm du bord pour pouvoir piquer à 1cm normalement le reste. Et puis alors retourner de petites pièces de lainage bien épais, je vous dis pas la galère! Pour le reste tout est tellement bien expliqué que je n’ai eu aucun problème! J’ai juste posé des cigarettes avec épaulettes intégrées (trouvées chez Ma petite mercerie) pour me faciliter la tâche et ne pas poser d’abord les cigarettes puis après les épaulettes.

Il y a pas mal d’embu au niveau des têtes de manches (justement pour permettre de glisser les cigarettes dedans afin d’avoir un joli tombé) mais Ivanne Soufflet a fait des fiches SOS pour le gérer (entre autres fiches SOS pour faire des modifications etc…comme je vous le disais, c’est très complet!)

Sinon en suivant les crans, tout va bien. Bon j’ai eu un peu de mal à obtenir des angles bien droits vu l’épaisseur des 2 couches de lainage, je n’ai pas réussi malgré mon crantage mais je ne trouve pas cela si choquant. Par contre j’ai réalisé une couture sur toute la longueur des 2 devants, je trouve que ça permet de bien plaquer les épaisseurs ensemble. Je lui ai fait rejoindre mon col, comme ça ma couture se fond dans la masse.Les poches sont presque invisibles, même si des poches paysannes auraient été plus jolies (mais plus techniques…) je le trouve très pratiques.                                                                                    Et ma poche, tu la vois ma poche?

Pour continuer dans les finitions tip top, j’ai posé un passepoil le long du parement de la doublure (la technique est indiqué sur les instructions), je trouve ça tellement plus joli… 🙂 Je trouve que ça rajoute vraiment un gros plus niveau esthétique au niveau de la jointure avec la doublure.

Je dois dire que je suis complètement amoureuse de ma doublure (instant mégalo). Ce fushia pétard me rend toute chose. Je le trouve tellement beau! Ça tranche carrément avec la laine marine, mais j’adore. Il est en 100% polyester du coup ça le rend très agréable à porter. Je l’ai trouvé chez Rascol à 5,90€ le mètre donc ce n’est pas un gros investissement!L’investissement d’ailleurs, on en parle? C’est la première fois que je fais le calcul, mais au final on arrive au prix d’un manteau du commerce (si on ne compte pas la main d’oeuvre bien sûr….)

  • Le patron (pack complet): 12,90€
  • 3m de drap de laine: 21€ (trouvé chez Tissus de rêve) Je ne me souviens plus de l’épaisseur, mais il est très chaud. Pour l’instant il ne bouloche pas et a l’air de bonne qualité (et il ne gratte pas!)
  • 20 boutons en métal (22mm): 24,90€ J’ai longtemps farfouillé sur toutes les merceries que je connais pour trouver des boutons qui me plaisaient. Je les voulais en vrai métal (pas en plastique effet métal), mais tout était bien trop cher, à 2,95€ le bouton, hors de question de dépenser 60€ pour 20 boutons!! J’ai donc cherché un peu sur Ebay, et j’ai trouvé une planche de 20 boutons en très bon état pour 24,90€. En plus ces boutons ont une « histoire », ce sont des boutons d’aviation créés par une fabrique qui date de 1929 (gravé au dos), bref j’ai l’impression de porter un bout d’histoire avec moi et ça me plaît beaucoup.
  • Mercerie (cigarettes, passepoil, fil, thermocollant(G405)): environ 17€
  • Doublure 1m25: 5,90€

soit environ 80€ le manteau.

Là où le bas blesse, c’est quand je comptabilise le temps passé…. Il m’a déjà fallu environ 2h pour ajouter les marges et découper le patron. Ensuite 3h pour tout couper, tissu principal, doublure, et thermocollant. Et puis la couture…. Au total, j’ai passé 25h sur ce manteau. Je trouve ça juste énorme…

J’ai réalisé un 36 (ma taille) et c’est parfait. J’avoue que quand je l’ai essayé sans doublure, je l’ai trouvé très ample, puisque sa forme est 100% droite, mais au final avec le boutonnage cela ne me choque pas du tout. En fait je l’aime énormément car il est exactement comme je voulais. Je crois qu’il a même détrôné ma cousette préférée (ma Reina). Je l’ai déjà porté plusieurs fois, et il est très agréable à porter, je me sens ultra fière dedans 😀 Je suis donc ravie d’avoir fini l’année sur cette cousette, qui clôt cette année 2018 en beauté.

Je profite également de ce dernier article de l’année pour vous remercier encore de votre fidélité, de vos visites, de vos j’aime et de vos commentaires! J’aime tellement cet esprit d’échange autour des blogs, je ne souhaite qu’une chose pour 2019, que ça continue! 🙂